Where is my mind

Blablablablabla
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Simeon et Connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Mind
Inquisition ♦ we are the saviors, you need us.
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 29/11/2013

MessageSujet: Simeon et Connor   Ven 13 Fév - 13:06

Etre sous couverture. Il était de nouveau lui-même, à la limite de la schizophrénie et de la réalité. Le genre de sentiment qui vous prendre aux tripes pour ne plus vous lâcher et faire de vous un homme que la plus parts des gens détesteraient. Pourtant, il vous aime, croient, boivent vos mensonges comme s’ils étaient assoiffés de ce genre de paroles. Savaient-ils seulement au combien il est dangereux de ne pas se méfier de ce joli minois ? Siméon était un prédateur élevé par un homme froid et sans réel sentiment. La vie avait fait de lui l’Homme qui l’est aujourd’hui. Celui qui marchait sous une autre identité au côté de celui que son cœur avait choisis depuis des années maintenant. L’été était bel et bien présent. Les enfants jouaient dans les fontaines et courraient sous le regard de leurs mères qui bavassent entre elles. Toutes ces abeilles qui bourdonnaient dès que le printemps arrivaient : insupportaient toujours autant le métamorphe. Pourtant aujourd’hui, il n’était pas différent de ces personnes. Siméon n’aurait jamais pris la peine de marcher ainsi sans avoir de but précis, juste pour le plaisir de prendre l’air. Non. Il aurait été dans une salle à s’entrainer encore et encore parce qu’il ne se pensait jamais prêt. C’est l’arrogance qui vous conduit à votre perte. S’il pouvait l’être parfois, jamais concernant ses capacités. Laurent, son personnage, oui. Tel un idiot, ce dernier aimait les ballades, les choses simples de la vie comme une simple tasse de thé pour quatre heures avec quelques biscuits. So british certains diraient. Il se le devait. Que ne donnerait-il pas pour un bon verre de whisky et une bonne cigarette ! Néanmoins, il ne pouvait pas. Le moindre faux pas et ce n’était pas les lèvres de Connor qui allait l’embrasser, mais les détraqueurs. Connor semblait ravit. Siméon c’était proposé de l’accompagner pour rencontrer un de ses amis. Quelque chose dont il n’avait pas envie, mais Alexander Black pouvait avoir des informations. Le genre qui pourrait intéresser son poulain. Pour Darren, il n’y avait pas de limite. Même pas celle de la trahison.

Tout n’était pas rose, bien évidemment, un état de fait que son pragmatisme avait bien voulu édulcorer au nom d’un optimisme qui osait enfin réellement pointer le bout de son nez. Allez savoir, Sainclair faisait sans doute partie de ses personnes qui souriaient avec les beaux jours, et pour qui l’absence de lumière lors des longs hivers équivalait à perdre cette bonne humeur dépendante de la météo comme un tournesol courrait après le bon-vouloir d’Hélios. Et pourquoi cette journée aurait-elle décidé de sombrer vers le désastre ? Le ciel avait revêtu son plus beau bleu, il n’aurait pas à reprendre le chemin de son bureau sous le coup d’un impératif prévu de longue date, et tout le temps libre que lui offrait cette journée serait en bonne partie passé avec Siméon… Que demander de plus ? Certes, ce ne serait pas vraiment Sim qui serait à ses côtés, mais son alias, dont le nom, les traits et presque jusqu’au son de la voix n’avait rien à voir avec la personne avec laquelle il avait vécu en pointillé depuis tant d’années, et leur rendez-vous n’aurait rien du tête-à-tête dans l’esprit de ce qui plaisait tant aux jeunes gens, qui en couple se retrouvaient au bord du fleuve pour profiter un peu de la fraîcheur au cœur de la métropole… C’était mieux que rien, cependant. L’espion venait à peine d’arriver au Ministère, et leurs départements, éloignés l’un de l’autre, ne leur avait jusqu’à lors pas encore permis de réellement être mis officiellement en contact, alors que MacFly prenait ses marques –ou du moins faisait comme si-, guidé par ses nouveaux collaborateurs à mille lieues de s’imaginer qu’ils accueillaient un loup dans la bergerie. Pour le coup, Connor et lui allaient légèrement transgresser le « protocole », puisque théoriquement, on ne se serait pas vraiment attendu à les voir tous deux sortir prendre l’air, vu que pour tous, leur lien ne s’apparentait même pas encore à celui de collègues. Une fois n’était pas coutume, le risque pris n’en était même pas vraiment un : ils se rendaient tous deux, tels deux citadins lambda, aux Jubilee Gardens, là où ils avaient rendez-vous avec Alexander Black. L’archéomage avait d’ailleurs été étonné que son compagnon lui demande si d’aventure cela le gênerait qu’il vienne avec lui pour faire la connaissance au pied du London Eye de cet ami dont il ignorait tout. L’Ecossais s’en souvenait pour deux raisons, la première étant que cette bonne surprise était survenue lors de ce qui serait sans nul doute une de leurs dernières discussions « normales », étant donné que plus le temps s’écoulerait et plus le métamorphomage serait happé par sa tâche, coupant peu à peu les ponts le retenant à son vrai lui au point vraisemblablement de ne plus repasser au Manoir ni à l’appartement de son amant, autant pour conserver intacte sa concentration que pour protéger de toute suspicion son personnage… Et la seconde que, ma foi, de mémoire d’homme, jamais l’Anarchiste n’avait émis semblable requête auparavant. Non pas que Connor ait jamais été contre une pareille idée, au contraire ; ç’avait été l’apparente indifférence de son amant pour ce genre de détails, pour ces petites choses banales qui constituaient sa vie au fond si classiquement plate, en comparaison de ce que représentait le rôle de mentor dédié à la réussite de Darren Hellson. Alors lui, bien sûr, avait conservé son quotidien par devers lui, comme on épargnerait à ses proches lors d’un dîner le récit particulièrement ennuyeux d’une existence qui ne passionnait que celui qui la vivait. Il était cependant vrai que bien des choses avaient changé entre eux ces temps derniers, et l’archéomage avait pris cet intérêt flambant neuf avec une certaine satisfaction, heureux de voir Sim se comporter un peu plus comme l’aurait fait un petit ami.

Le trajet depuis le portoloin le plus proche du parc s’était fait sans embuche mais sans proximité non plus : Sainclair prenait soin de conserver toute sa réserve, sensibles à ces cercles concentriques invisibles entourant chaque personne, et délimitant différentes zones où l’accès vous classait en des catégories de plus en plus intimes au fur et à mesure que vous vous rapprochiez de l’épicentre. Aucun geste ne devait les trahir, le globe-trotteur réalisant parfaitement qu’il représentait le plus grand danger pour l’infiltré, en tant que seul lien entre ce dernier et sa véritable identité, si bien qu’une certaine distance s’était installée entre eux, artificielle, obligatoire, les plaçant hors de tout soupçon. Le tour de force, détestable en soi, s’était réalisé assez aisément au final, compensé pour Connor par le plaisir innocent de présenter Alex à Siméon, et de passer un bon moment en compagnie de deux personnes lui étant chères. Ah, si l’ingénu avait su sur quelles fondations s’était réellement construite cette rencontre, le rêve aurait prestement avorté…

Dès que son regard repéra le jeune Black, dans le dos duquel se découpait l’élégante silhouette de la grande roue, un sourire franc éclaira son visage, accompagnant sa main qui se leva pour attirer son attention. Quelques pas supplémentaires suffirent à le rejoindre :

-Salut Alex, content de te voir, le salua le sorcier avec la tranquille gaieté qui lui allait si bien. Nous n’avons pas le plaisir d’avoir avec nous la charmante Madeleine aujourd’hui ?

La question tenait plus de la boutade rhétorique que de la remarque potentiellement apte à se voir confondue avec un discret reproche, ce sur quoi l’éclat malicieux de son regard ne laissait aucun doute. Poliment, il se plaça de biais, afin d’accomplir sans plus de délais son devoir d’intermédiaire :

-Alex, je te présente le collègue dont je t’ai parlé, nouvellement arrivé au Ministère…

Le bref échange de hiboux l’avait d’ailleurs conforté dans l’idée déjà bien ancré en lui que le jeune homme était un chic type, car ce dernier n’avait pas eu à se faire prier : dès que son ami lui avait demandé son feu vert pour amener avec lui un nouveau venu connaissant encore peu de monde –et se retrouvant ainsi tout seul cette après-midi-là-, Alexander s’était montré très ouvert, et avait accepté obligeamment qu’ils soient finalement trois pour profiter de cette météo idéale pour aller prendre un verre, marcher le long de la Tamise ou toute autre activité qui pourrait bien les tenter ; ce dont le mage le remercierait encore dès qu'il en aurait l'occasion. Comme quoi, chez Connor comme chez le fils de Sirius Black, la gentillesse serait définitivement quelque chose qui les perdrait…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wimm.creerunforum.net
 
Simeon et Connor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» James Connor Miller
» Isabelle Connor ♣ +415 072 393
» Connor
» Connor Kenway
» Les véhicules pour Simeon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where is my mind :: ESTED-
Sauter vers: